Les Veilleurs

Pourquoi des veilleurs au centre social Le ChatÔ ?

Parce que nous avons recueilli des témoignages de personnes qui n’ont pas arrêtés d’avoir un rôle de bienveillance, d’attention aux autres, de générosité spontanée avec une grande modestie (dans un souhait de rester anonyme  parce que :

- «… c’est naturel…» et  qu’on ne veut pas «… se mettre en avant…», « … surtout pas de vidéo !... »

La majorité des personnes interrogées sont bénévoles, partenaires ou habitué(e)s du ChatÔ .« …C’est une chaîne humaine qui s’est tissée spontanément pour aider autour de nous… ».


Témoignages d’habitant.e.s durant la période de confinement, recueillis par Janine, bénévole au centre social Le ChatÔ


Collage réalisé par des bénévoles du ChatÔ


Samuel : «…  je ne sais pas quoi dire ! Je travaille dans le quartier, alors les locataires, je les connais !... et comme, les missions et les urgences ont été freinées, j’avais besoin de me trouver une utilité !... » ☞ courses, promenades des chiens pour les personnes âgées, celles- ceux qui craignent le virus ou ont des problèmes de santé, petites réparations (installer bouteille de gaz, déboucher un évier, etc…)


Françoise R. : « … mon sentiment : ça rend service au personnel de promener les résidents qui en ont ras-le-bol de leurs chambres ! Mais attention : il ne faut pas confondre salariés et bénévoles !... La pandémie génère une atmosphère de peur et je me demande dans quel but. Je suis peut-être naïve mais je pense qu’il n’y a pas de risques ni de danger inconsidéré. Après le 11 mai, je voudrais retrouver les personnes de l’atelier « remue-méninges à Goas Plat mais en extérieur autour de balades dans le quartier, dans le parc, pour des jeux, des lectures de poèmes, de textes, discuter, … En fait, je crois que je fais comme d’habitude : ça n’a rien changé, rien !... »


Annette F. : « … une radio a bien voulu passer des chansons dédicacées pour les adhérents des clubs des Hirondelles et des Bruyères. On a aussi organisé du portage de crêpes pour les personnes isolées… »


Françoise D. : « … quand on se promène avec les personnes âgées, l’écoute est privilégiée. Je me suis aussi essayée à garder les enfants d’une famille, le papa étant tout seul, il avait besoin de faire des courses, mais ça n‘a pas bien fonctionné. Il valait mieux que ce soit des professionnels qui suivent la famille. Ca peut arriver !... »


Louis : « … on a voulu continuer à se parler, plutôt à se lire ! On a envoyé des messages de soutien dans la presse écrite pour les adhérents du club. Et puis, nous avons rendu des visites… »



28 vues

©2020 par L'image qui Parle. Créé avec Wix.com